Jacques Schoeffel

Jacques Schoeffel

Jacques manie son appareil photo avec la même dextérité, la même précision, la même attention et la même douceur que ses instruments de dentiste. Avec autant de bonheur et de réussite.

Sans avoir suivi le moindre cours de photo, il suit son instinct, trouve le cadrage les angles de prise de vue qu’il faut. La magie de l’instant qu’il capte fait le reste.

https://www.flickr.com/photos/127551632@N05/

Avant de se concentrer sur l’image, il a composé de beaux textes. Il avait à peine 18 ans, encore lycéen, quand il a remporté le premier prix du Concours de Bissy, ouvert également aux universitaires. Le texte primé, la nouvelle intitulée De beaux rats, en écho  avec le prénom Deborah, étonne par son style rappelant Kafka selon certains. Campagne de prévention vaut également le détour, avec sa touche d’humour spécial étudiant et l’art de la chute affectionnée par son auteur.
Textes à lire et relire et à découvrir, l’un après l’autre, en laissant du temps, ce qui vous permettra de revenir visiter cette rubrique.

Des Beaux Rats

Un zéro. Un un. Deux points qui clignotent. Un trois. Un deux. Rouges. Le reste est noir. Je suis allongé dans mon lit, les yeux ouverts, tous mes sens aux aguets … Je perçois une chose. Une horrible chose. Elle bouge. Elle est juste à côté de moi. A ma gauche. C’est chaud. Humide. Gros. Si je n’arrive pas à dormir, c’est à cause d’elle. [...] Lire la suite >><<

Campagne de prévention

- Lundi matin, neuf heures, et j’en peux déjà plus. Ils m’épuisent. L’assistante me tendit un dossier jaune et soupira. - Bonne chance … J’ai ouvert la porte de la cage (certains l’appellent la salle d’attente). Et c’était comme si le monde sauvage en entier m’avait explosé à la figure. Des cris. Des grognements. Des pleurs. Et une multitude d’adorables bambins (pour ne pas dire beaucoup trop de sales gosses) qui courraient, chahutaient ou grimpaient partout [...] Lire la suite >><<

Six doigts

L’éclat feutré de la Lune laissait doucement sa place aux rayons impériaux de l’astre diurne. Le Soleil gorgeait peu à peu la vallée d’une lumière teintée de chaleur et pour saluer le retour de ce nouveau jour, divers oiseaux entonnèrent leurs gazouillis emplis de liberté et de quiétude. Ils se mêlaient harmonieusement au chant des eaux agitées du torrent pour ne former qu’une exquise mélopée aux notes pures et cristallines. [...] Lire la suite >><<

error: Contenu protégé